Aujourd’hui, j’ai décidé de lancer une nouvelle série d’articles autour du storytelling : racontez votre histoire. Au fil des articles, je vais vous présenter une manière de mettre en valeur votre projet, ou votre propre histoire de créateur ou créatrice en général.

Pourquoi lancer cette série d’articles ?

Il y a deux semaines, j’ai animé une courte formation autour de la communication pour de jeunes studios de jeux vidéo. J’y ai rencontré des créateurs et créatrices passionnées par leur projet, avec plein d’histoires à raconter autour de leur studio ou de leur jeu.

J’ai vraiment adoré répondre à leurs questions sur la manière de mettre en valeur leur projet, ce qui les fait vibrer. Mieux encore, j’ai découvert un aspect de la communication qui a vraiment du sens pour moi : aider les personnes à transmettre cet élan de vie et cet enthousiasme autour d’un projet qui les passionne.

Cela fait sept ans maintenant que je travaille dans la communication. Mais pour la première fois, j’ai pris conscience que ce métier pouvait prendre du sens et correspondre à mes valeurs profondes.

Communiquer, un pacte avec le diable?

Avec ce titre de sous-paragraphe accrocheur, je veux dire que beaucoup pensent les métiers de la communication et du marketing comme « un mal nécessaire ». Ou pas nécessaire, d’ailleurs.

Quand j’ai annoncé à mes amis de l’époque que j’avais décroché un stage dans la communication, je me souviens clairement de leur réponse sur le ton de l’humour : « ah, te voilà du côté obscur de la force! »

En travaillant chez des éditeurs de jeux vidéo, je me suis rendu compte que cette vision était parfois profondément ancrée du côté des créateurs. Pour certains d’entre eux, les « marketeux » ne sont là que pour faire du pognon et nuire au bon déroulement du développement, voire à la qualité finale du jeu.

On retrouve parfois cette dichotomie chez les auteurs et autrices — notamment dans le cadre d’un questionnement sur l’auto-édition. Souvent, il y a comme une gêne à l’idée de communiquer autour de son propre livre, de le vendre. Comme si l’art ne pouvait être commercial.

Et de manière plus générale, depuis que je m’intéresse à la simplicité volontaire et aux mouvements autour de la décroissance, la communication est apparentée à la publicité, à la manipulation des masses pour « faire acheter ».

Une manière positive de communiquer

Le portrait dépeint ci-dessus ne correspond pas tellement à mes valeurs. Du coup, je me suis interrogée sur la pertinence de continuer ma carrière dans la communication. Et c’est là que quelqu’un m’a dit :

« Tu n’es pas obligée de faire ton métier comme les autres l’attendent, ou comme il est vu. Tu peux faire les choses à ta façon, en accord avec tes valeurs. »

La formation avec ces incubés m’a montré une possibilité de voir la communication comme quelque chose de positif.

Nous avons tous une histoire à raconter

Chacun.e d’entre nous a une certaine vision de la vie, une histoire à raconter. Nous avons un univers, des valeurs, des projets personnels ou professionnels qui nous tiennent à cœur. Nous avons quelque chose à apporter à ce monde, qui peut toucher d’autres personnes.

Et pour moi, la communication est un moyen de permettre à ces histoires de s’exprimer. Je crois profondément qu’il est possible de construire un récit authentique, positif et humain.

Alors, le storytelling devient non pas un moyen de manipuler les émotions et « faire vendre », mais un moyen de transmettre une passion, un imaginaire, des valeurs, des convictions…

La série « racontez votre histoire »

C’est pour montrer cet apport positif de la communication que j’ai décidé de lancer ici la série « racontez votre histoire ». Pour communiquer à ma façon, et vous transmettre des idées et des conseils pour vous aider à raconter votre histoire, celle qui vient du cœur et de l’âme.

L’idée, c’est de vous aider à présenter et faire connaître votre projet. Il peut s’agir d’une entreprise que vous montez, d’une œuvre artistique que vous créez, d’une marque que vous lancez…

Vu que je suis autrice de fiction dans l’imaginaire, je prendrai beaucoup d’exemples autour des livres ou encore des jeux vidéo. Par exemple, si vous décidez de tenter l’auto-édition d’un roman de fiction, ces conseils pourraient vous être utiles pour présenter ce livre à vos lecteurs et lectrices potentielles sans tomber dans le piège d’une promotion inefficace, voire contre-productive.

Mais je pense que cette série d’articles s’adresse à n’importe qui avec une histoire à raconter, quel que soit votre projet ou votre objectif.

Concrètement, que conterai-je?

Les articles « racontez votre histoire » seront des conseils et idées de base autour de la communication et du storytelling.

On y parlera de l’importance du pourquoi, de transmettre ses valeurs, et des messages que vous avez envie de porter. Mais j’ai aussi prévu des conseils plus concrets sur comment se lancer dès maintenant, des canaux de communication aux manières de raconter une histoire claire, authentique et en accord avec vos valeurs et l’esprit de votre projet.

En bref, je vais partager comment raconter votre histoire, celle de votre entité ou de votre projet, tout en restant ancré.e dans l’humain, le partage et l’authenticité.

————

J’espère que cette nouvelle série d’articles vous intéressera! Si vous avez des questions, des sujets que vous aimeriez que j’aborde, surtout faites-le moi savoir. Après tout, c’est pour vous que je mets en place cette série d’articles. Alors faites-vous plaisir!

4 Replies to “Racontez votre histoire”

  1. Une série d’articles que je vais suivre assidument. Cela va grandement me servir vu que je me retrouve un peu, en quelque sorte, responsable d’un pan communication internet de la structure où je travaille. Pas toujours facile de trouver les bons mots, la bonne histoire qui soit le reflet de ce que l’on veut et que l’on tente de faire au jour le jour nous tous. 🙂

    1. Ah super, ça me fait plaisir si la série d’articles peut t’être utile dans le milieu professionnel 🙂 C’est sûr que ce n’est si facile que l’on croit, de trouver la bonne manière de présenter les choses!

  2. Eh bien voilà une série qui va sans nul doute beaucoup m’intéresser et à double titre : en tant que romancière (auto-éditée et éditée tout court) et chargée de communication… 🙂 Le côté « obscur de la force » comme tu dis m’évoque aussi le choix, pour moi à l’époque de ma sortie d’études, de m’orienter vers la communication publique, car le côté marketing/publicité etc n’entrait justement pas dans mes valeurs non plus. Aujourd’hui, après 15 ans, je ne regrette pas ce choix, même si je me rends compte que même si on ne cherche pas à vendre économiquement parlant un produit ou un projet, on cherche quand même à vendre un projet politique… 🙂 Hâte de lire tes articles !

    1. Ah, c’est marrant de voir les choix de communication faits en fonction des valeurs! Tu as choisi la communication publique, et j’ai choisi la communication culturelle, pour les mêmes raisons. Il me semblait que ce serait moins orienté marketing/publicité. En fait, je me rends compte, moi aussi, que ce n’est pas aussi simple. Mais en réalité, on peut communiquer de manière sincère, authentique et humaine, même si tout le monde ne le fait pas!
      J’espère que cette série d’article te sera aussi utile pour ton côté romancière, le but de ces articles est vraiment d’aider des artistes/créateurs à faire connaître leur univers 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *