En tant que conteuse d’histoires, j’adore découvrir de nouveaux univers à travers des livres, films, séries… Comme le dit Stephen King, un écrivain est avant tout un lecteur. C’est donc en tant que lectrice et spectatrice que j’ai décidé de partager mes inspirations chaque mois en 2018.

Présentation de la série « inspirations culturelles »

Pourquoi cette nouvelle série d’articles mensuels? Déjà, si vous êtes ici, c’est que vous aimez probablement la culture de l’imaginaire. Donc je me suis dit que cela vous intéresserait de découvrir ce que j’ai apprécié.

Ensuite, plutôt que de simplement faire des présentations, j’ai décidé de préciser ce qui m’a inspirée en tant que créatrice d’histoires. Cela peut être des éléments d’imaginaire ou de narration que je trouve intéressants. Ou au contraire, des choses que j’ai moins aimé et que je vais tenter d’éviter dans mes propres histoires. Je me suis dit que ce petit ajout avec mon regard de conteuse d’histoires pourrait apporter un bonus à l’exercice de (mini) critique d’œuvres culturelles, même si vous ne racontez pas d’histoires vous-même.

Je pense que ces premières critiques pour janvier 2018 vous donneront une idée du concept. J’espère que vous apprécierez, et surtout, dites-moi ce que vous en pensez et si je peux améliorer le concept! Après tout, c’est pour vous que je partage ces articles sur Le temps conte

Livre : Indomptable, par Jack Campbell

  • Genre : SF/Space opéra militaire
  • Premier tome de la série « La flotte perdue »
  • Réédité en 2017 par l’Atalante
  • En bref : Quand le capitaine John Geary est réveillé de stase après une bataille perdue, un siècle de guerre s’est écoulé. Il se retrouve malgré lui à la tête d’une flotte sur le point de perdre une bataille décisive, et doit comprendre le monde tel qu’il est devenu, mais aussi enseigner les bases de la tactique militaire pour survivre en territoire ennemi…
  • Mini-revue sur instagram
  • Critique complète sur ActuSF

indomptable couverture

Mini-critique

Plusieurs personnes m’ont conseillé de lire la série La flotte perdue. Déjà en tant qu’amatrice de space opéra. Mais aussi parce que j’aime les livres basés sur la réflexion et les puzzles, comme la Fondation d’Asimov. Et le livre tient ses promesses avec brio : c’est, pour moi, un essentiel du space opéra militaire, si vous aimez le genre.

Vous y retrouverez des batailles dans l’espace, pensées de manière cohérente et crédible. Mais aussi de la tactique expliquée avec précision – l’auteur est un ancien Marine – et le plaisir de découvrir la réflexion pour se tirer de situations apparemment inextricables. Enfin, j’ai beaucoup aimé les réflexions autour de l’évolution de la culture de l’Alliance en cent ans de guerre. On voit la morale de John Geary confrontée à ce qu’est devenue la société et l’armée après tous ces conflits, et je trouve cette confrontation très intéressante.

En revanche, si vous aimez les relations profondes et émotionnelles entre les personnages, vous risquez de vous ennuyer un peu avec ce livre. C’est vraiment un plaisir intellectuel de découvrir ces puzzles, ces tactiques et ces réflexions. Mais le texte fait plutôt appel à l’esprit rationnel qu’aux émotions. Ainsi, les personnages pourraient vous paraître distants, et les relations un peu froides.

Ce qui m’inspire

Moi qui adore les histoires autour de mystères, de puzzles et de logique, j’ai pris grand plaisir à découvrir comment Jack Campbell nous présente ses tactiques militaires. Surtout avec le contexte des vastes distances spatiales : il faut tenir compte du temps de communication entre les vaisseaux, parfois situés à plusieurs minutes-lumière les uns des autres…

Par contre, je vois aussi les conséquences de créer un univers extrêmement rationnel, beaucoup basé sur l’introspection et la réflexion intellectuelle des personnages. J’aime beaucoup ce côté pragmatique. Cela dit, dans mes histoires, j’ai quand même envie d’ajouter un peu d’humanité à mes personnages. Par exemple, avec des petits détails qui leur donnent vie, des moments de confidences émotionnelles, ou encore le développement des relations entre les personnages principaux. Ces éléments manquent un peu dans Indomptable, j’ai trouvé.

Série : Altered Carbon

  • Genre : SF/Cyberpunk
  • Première saison disponible sur Netflix
  • En bref : dans quelques siècles, l’humanité a colonisé d’autres planètes, et vaincu la mort en permettant le stockage de la personnalité sur des puces installées au niveau de la nuque. Lorsque le personnage principal est ramené à la vie dans une nouvelle enveloppe corporelle, il se trouve contraint d’enquêter pour un Math, un homme richissime et très vieux, sur l’assassinat de sa dernière enveloppe corporelle…

altered carbon cyberpunk city

Alors, je triche un peu avec cette série, déjà parce qu’elle est sortie début février, ensuite parce que je n’ai vu que l’épisode pilote pour l’instant. Mais je trouve l’univers si riche et prometteur que je ne peux pas m’empêcher de partager mes impressions dès maintenant. Gardez en tête que cela ne concerne, du coup, que le premier épisode, et pas la saison complète. Je vous partagerai un avis mis à jour dans les inspirations de février !

Mini-critique

Dès le premier épisode, c’est un univers riche qui est évoqué. L’idée même d’immortalité à travers une puce qui contient notre personnalité offre déjà plein de possibilités. Qu’est-ce qui fait de nous des êtres uniques? Et quel est le prix de l’immortalité, quand le coût d’une nouvelle enveloppe (un corps) est hors d’atteinte pour les classes populaires? Le personnage principal est un « diplo », que l’on comprend être un groupe de personnes surentraînées, qui se sont rebellées contre quelque chose sans succès. Là aussi, c’est très prometteur au niveau du background de l’univers.

Les quelques personnages présentés dans le premier épisode donnent envie de voir la suite. Du personnage principal, réveillé 250 ans après sa mort, au fameux Math ultra-riche, en passant par une flic zélée et (presque) pas encore désabusée, c’est une riche galerie de personnages qui nous attendent. Mention spéciale à l’hôtel IA, et son tenancier à l’image d’Edgar Allan Poe…

Ce qui m’inspire

On retrouve de nombreux thèmes chers au cyberpunk dans cette série. Par exemple, une ville californienne post-moderne, pleine d’immenses immeubles, de pubs holographiques et de néons. Mais aussi la question de l’humain augmenté avec ces puces qui contiennent la personnalité, ou encore la séparation des classes sociales. J’ai bien aimé l’idée que cela se passe plusieurs siècles dans le futur, avec une galaxie colonisée et les IA qui sont déjà devenues ringardes. Ils auraient pu se passer du cliché de l’écran transparent, un détail bien trop présent dans les séries de SF ces derniers temps…

Mais la situation du personnage principal en particulier est vraiment prometteuse. Mort voilà 250 ans après avoir échoué à combattre le pouvoir en place (de ce qu’on comprend dans l’épisode pilote en tout cas), il renaît dans une nouvelle enveloppe corporelle. En conditionnelle après avoir purgé sa peine, il se voit contraint d’enquêter pour un riche client. J’ai vraiment hâte de voir comment ce personnage va évoluer. Quelles motivations va-t-il développer, dans un monde où il n’a plus aucune attache? Qu’en est-il de son combat passé? Quelle relation va-t-il développer avec son fameux client, et que va donner son enquête sur sa tentative d’assassinat?

Sans compter que j’ai hâte de découvrir l’univers lui-même. Rien que le concept de l’hôtel IA, déjà désuet dans ce futur-là, m’a beaucoup plu. Comment la Terre a-t-elle évolué? Et les colonies? Quelles autres technologies va-t-on découvrir ? Et quel en est l’impact sur les évolutions culturelles et éthiques de la société?

Le mot de la fin

Je me suis limitée à deux inspirations pour ce mois-ci, vu que je prends déjà le temps de vous présenter le concept. Au fil des mois, il y aura trois ou quatre découvertes avec des mini-critiques similaires. Elles contiendront des livres, des séries, des films ou encore des jeux vidéo ou des BD, en fonction de mes inspirations du moment.

————

J’espère que vous avez apprécié la lecture de ce premier article d’inspirations mensuelles. N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce format de mini-critiques culturelles! Vous pouvez laisser un commentaire sous cet article, me contacter sur ce site ou me retrouver sur twitter, facebook et instagram @florieteller.

Et vous, quelles ont été vos découvertes et inspirations culturelles ce mois-ci?

4 Replies to “Inspirations culturelles | Janvier 2018”

  1. Oh, sympa, comme idée de post de blog ! *_*
    Vachement moins sympa de vouloir rajouter des trucs à lire ou à voir dans nos PAL et PAV déjà bien fournies… >_<

  2. Ah Altered Carbon, une découverte intéressante, vraiment. Un peu violente, mais ca colle à l’univers. Après The Expanse, tu m’as fait découvrir cette série, merci^^

    1. Ravie de te faire découvrir des séries de SF ^^ C’est vrai qu’Altered Carbon est bien violent, mais comme tu dis, ça colle bien à l’univers rude et décadent de la série 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *